Nouveautés Facebook

Pas de bouton « dislike » mais des Emojis empathiques !

Facebook Emojis empathiques
Rédigé par admin

En se prêtant une seconde fois au jeu des Question-Réponses avec son très large public, Mark Zuckerberg, l’illustre créateur de Facebook, a démenti avoir l’intention d’introduire un bouton « dislike », tout en se montrant « réceptif » aux attentes des nombreux utilisateurs, qui déplorent la « pauvreté » des outils d’expression qu’offre le réseau social. Si quelque 4 milliards et demi de « like » sont générés quotidiennement, certains utilisateurs ont fait part de leur embarras lorsqu’il s’agissait « d’aimer » des évènements particulièrement douloureux, tels que la mort, la maladie, l’échec…Etc.

Le bouton « dislike » ? Il n’en est pas question

Malgré le buzz généré par une rumeur insistante, Bret Taylor, le créateur du célèbre « like » a démenti tout projet de mise en place d’une fonction antagoniste. Pour lui, les réseaux sociaux ne se prêtent pas à une fonction « chargée de toute cette négativité », et le risque du « spam discréditant » n’est jamais bien loin. Pour Zuckerberg, Facebook doit rester un lieu « d’échanges positifs ». Un argument peu convainquant, lorsque l’on prend le soin d’analyser ce qui se passe ailleurs. Youtube, géant du streaming vidéo, a depuis longtemps implémenté un « pouce à l’envers » qui permet d’exprimer un avis négatif sur une vidéo, sans constater un quelconque élan contre-productif, bien au contraire.

L’alternative des Emojis empathiques

Le 15 Septembre dernier, le jeune milliardaire annonçait avoir « une idée précise » sur l’alternative au bouton « dislike », et qu’un prototype allait bientôt voir le jour. Aujourd’hui, les utilisateurs irlandais et espagnols ont fait état de l’apparition de petits Emojis colorés, venus tenir compagnie au fameux pouce bleu. Cette gamme de Smiley empathiques « next generation » a pour but de proposer aux utilisateurs un outil ludique pour exprimer une large palette d’émotions, de la tristesse à l’amusement, en passant par la colère et la surprise. Un prototype prometteur dont le déploiement « dépendra des retours des utilisateurs », assure Zuckerbeg.

À propos de l'auteur

admin

Laisser un commentaire